39 rue Chauvigny,

36 000 Châteauroux, France

fdcgca@hotmail.fr

Vous pouvez nous suivre :
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram
Ou nous rejoindre !

© 2016 par FDCGCA.

Cluis-dessus

1/2

Présentation

 

Un premier château occupait le site occupé aujourd’hui par une grosse tour et un logis de la fin du Moyen-Age. On trouve quelques sculptures gothiques sur la tour d’escalier côté rue. Ce petit ensemble fortifié s’inscrivait à l’intérieur des petites fortifications qui entouraient la ville à la fin du Moyen-Age.

Le château a été agrandi surtout au XVIIe avec l’ajout de deux ailes et un réaménagement intérieur dans le style Louis XIII.

Le village, plutôt joli, possède d’autres monuments intéressant pour la visite comme son église contemporaine de l’attaque du village. Les conséquences de l’incendie sont visibles dans l’édifice, avec des chapiteaux noircis.

Localisation :

Indre, Cluis-dessus, le bourg

Datation : fin XVe - début XVIIe

Etat : Reconverti en Mairie

Accessibilité :

Habité, ouvert au public sur demande (à la Mairie).

Prix : Gratuit 

Horaires et informations :

Association pour la sauvegarde des sites de Cluis

Guerre de Cent Ans

En 1152, après le divorce entre Louis VII et Aliénor d’Aquitaine, Ebbes de Déols, seigneur de Cluis-Dessous, choisit de garder le camp de sa suzeraine. Le roi de France prend la décision de ravager les terres des Déols, il brûle La Châtre, Châteaumeillant, et la plus grande partie du château de Déols.

Pendant ce temps, Ebbes est renfermé dans la forteresse de Cluis-Dessous. Son vassal, Garnier de Cluis, choisit de suivre le roi avec sa seigneurie de Cluis-Dessus. Ebbes de Déols prend d’assaut le village et brûle tout sauf le château.

Le conflit s’est prolongé autour de la fondation de l’abbaye de Varennes.

En 1369, Aymery de Castres et Belleassez de Magnac, seigneurs de Cluis-Dessus ont la faiblesse de « tenir la partie des Anglois ». Charles V leur retire les seigneuries de Cluis-Dessus et de Bouesse, et les donne successivement d'une part à Guy II de Chauvigny et d'autre part à Guy de la Trémoille.